Le sol fortement dégradé rendait difficile son utilisation. Tables et chaises bancales, chevilles tordues étaient le lot de chaque manifestation.

  
  
Devant les désagréments engendrés par l'état du cloître, la nécessité d'aplanir le sol s'imposa comme une évidence.
Afin de respecter l'esprit du lieu, la solution retenue fut la pose de pavés.

Les bénévoles se sont chargés de la réalisation des travaux, menant à bien cet énorme travail.
Plus que jamais, les "forçats du jeudi" ont bien mérité le surnom qu'ils se sont donnés.

 

Le résultat est à la hauteur des espérances.

 

Le cloître peut maintenant accueillir les exposants des marchés de printemps et d'automne, les convives de repas festifs

 

et les spectacles de toutes sortes.